Paracha Bahaloteha

Et lorsque l'Arche voyageait (10:35)

   Et lorsque l'Arche partait en déplacement, cette phrase constitue une Paracha en soi. C'est un livre en soi, comme il est dit dans la Guemara (Shabbat 116a) : « La Sagesse a bâti sa maison, elle a taillé ses sept colonnes, (Proverbes 9:1), ceux-ci représentent les sept livres de la Torah ». Mais, y a-t-il vraiment sept livres dans la Torah, et non pas seulement cinq ? Le livre de Bamidbar est divisé en trois livres distincts. Les deux versets : « Et lorsque l'Arche voyageait », « Et quand elle faisait halte, Moche disait : “reviens résider, Éternel, parmi les myriades des familles d'Israël” (10:36) forment un livre en soi qui se situe au milieu du livre de Bamidbar. Il s'agit vraiment d'une merveille incroyable. Comment une telle petite section de seulement deux lignes peut-elle représenter un livre entier ?

 
   Dans la Paracha de “Et lorsque l'Arche voyageait” les deux versets sont entourés par deux lettres Noun à l'envers. La lettre Noun est une allusion à la cinquantième porte de la sainteté, celle qui est la plus cachée. Cette porte ne peut être atteinte que “et lorsque l'Arche partait en voyage”, uniquement en voyageant. C'est ce que dit le Zohar dans la Paracha Behaloteha (151a) : “Allez voir, il n'y a pas de lettre Noun dans le Psaume de Achrei”. Tout le monde sait que dans le Psaume de “Achrei Yochvei Beiteha” il n'y a aucun verset qui commence par la lettre Noun. Alors, quand pourrons-nous obtenir la lettre Noun ? Quand allons-nous mériter la lettre Noun ? C'est précisément quand une personne se déplace ! C'est d'un tel niveau de sainteté, c'est une porte tellement impressionnante, il est impossible de l'atteindre autrement que par le voyage, pour l'amour du ciel de ramener des gens à la Techouva. Le Rebbe dit : allez, commencez à voyager. Partout dans le pays d'Israël, il y a des gens qui vivent dans des Mochavim ou des Kibboutzim, ils ne voient pas des Rabanim, ils n'entendent pas des cours de Torah et ils ne savent pas ce qu'est le judaïsme. Et le “mauvais instinct” brûle ! Comment pourront-ils empêcher leurs enfants de fauter ? Quand une personne se déplace sur la route et amène des gens à revenir à la Techouva, elle ne sait pas combien de personnes seront réellement incitées à retourner à la Techouva, simplement pour l'avoir vu. Ils voient un homme avec des Peot, avec une lumière sur son visage, et alors leurs cœurs s'ouvrent. Leurs cœurs commencent à brûler et ils se réveillent. Peut-être, parmi tous ces gens, parmi ceux qui rient et se moquent, il y aura ceux qui seront réveillés à Techouva. Les gens regardent de leurs fenêtres et se disent : “Si seulement nous pouvions être comme lui, avec une barbe et des Peot”.


   Quand ils voient une personne religieuse, une personne sainte, leur Nechama revient à la vie ! Ils s'animent et ils veulent se joindre à ce Juif. Une personne présente avec un visage rayonnant, elle va frapper à certaines portes sombres. Les gens voient un ange et immédiatement tout le monde se lève et court vers la porte. Il y avait une telle histoire dans le Goush Katif, dans un Mochav de Meretz où des Avrehim sont allés à répandre la Torah. Quand ils ont fini et voulurent rentrer chez eux, tout le monde, avec tous les enfants, ont commencé à courir vers eux, et ils ont crié : « Pourquoi est-ce que vous nous abandonnez ? Aidez-nous ! Nous ne savons pas quoi faire ! » Celui qui accomplit une Mitsva  tellement importante, et se déplace de ville en ville, de Mochav en Mochav. Il doit avant tout prendre le temps d'étudier. Avant qu'une personne n'ait appris durant huit heures, il n'y a aucune raison qu’elle sorte ! Vous devez étudier durant huit heures et seulement ensuite propager la Torah pendant huit heures. Vous pouvez également étudier en chemin, pendant que vous voyagez. Ensuite, une personne arrive, elle est pleine de Torah, elle a un visage rayonnant. Lorsque les gens voient son visage briller alors ils font immédiatement Techouva. Car tout le monde se promène avec des expressions aigries ou brisées sur leurs visages. Aussi, quand quelqu'un qui apprend la Torah se présente, ils le voient comme un ange de D.ieu, avec des Peot et une barbe, avec un visage rayonnant, et tout le monde fait Techouva !

 
   La Guemara Baba Metziah 85b raconte comment Rav Chavivah Bar Surmaki voulait voir le char céleste de Rabbi 'Hiya. Il a demandé au prophète Eliahou qu'il plaide avec lui en criant : « Je veux voir Rabbi 'Hiya ! Je veux voir Rabbi 'Hiya ! » Le prophète Eliahou lui a dit : « Méfie-toi ! Tes yeux vont brûler si tu le vois. Tu seras brûlé par son feu ». Le prophète Eliahou lui a dit : « Rabbi 'Hiya est complètement un char de feu, des anges de feu. Sois prudent ! C'est une demande trop dangereuse ». Mais Rabbi Chavivah ne pouvait pas se contrôler. Il n'a pas résisté à l'épreuve, et il a regardé le char du Rabbi 'Hiya. Aussitôt ses yeux ont été brûlés. Une étincelle de Rabbi 'Hiya a brûlé ses yeux et il est devenu aveugle. Il a été presque entièrement brûlé. Le lendemain, il s'est rendu à la grotte de Rabbi 'Hiya et il a pleuré et pleuré. « Rabbi' Hiya, ramenez la lumière dans mes yeux ». Et Rabbi 'Hiya lui a rendu la vue. Le Ari HaKadosh demande : « Qui est Rabbi 'Hiya ? Qu'est-ce que Rabbi 'Hiya ? Il s'agit d'un Tsadik dont nous n’avons tout simplement aucune idée. Pourquoi ? Parce qu'il allait de ville en ville, de Mochav en Mochav, jour et nuit, pour répandre la Torah en Israël. Il ne dormait pas et il ne s'est pas reposé pendant une seconde ». Le Ari dit que ce n'est pas pour rien qu'une personne mérite de parvenir à de tels niveaux. Tous les Tana'im et Amoraim sont soulevés par des anges dans le ciel. Mais Rabbi 'Hiya s'élève de lui-même. Aucun ange ou séraphin ne peut l'élever, parce qu'ils ne peuvent pas aller si haut ! Rabbi 'Hiya monte de plus en plus haut, à un endroit qui ne peut être décrit, à Atika Atika D'.

 
   Le Zohar dit : « Digne est la personne qui ramène d'autres à revenir à la Techouva ». (Shemot 128b). Une personne qui en ramène d'autres à faire Techouva ne verra aucune barrière fermée devant elle dans le ciel. Tout est ouvert pour elle. Ils lui donnent tout, tous les trésors des rois. Hachem s'approche d’elle, le prend dans ses bras et passe du temps avec elle, plus qu'avec tous les autres Justes. Car elle s'est consacrée à ramener des gens à la Techouva. Il lui donne toutes les clés, Il lui ouvre toutes les portes et Il lui révèle tous les secrets de la Torah.

 
   Rabbi Nathan dit que si une personne n'a pas ramené des gens à la Techouva, il est dit d'elle : « c'est une offrande de méchant et une abomination » (Proverbes 21:27). Hachem n'a aucun plaisir de sa Torah. Même si une personne est la plus sage et la plus vertueuse, si elle ne se déplace pas pour ramener des gens à la Techouva, et si elle ne se connecte pas avec des gens d'un niveau inférieur à elle, alors ses prières ne sont pas acceptées. Car il n'y a pas de méchant dans la nation d'Israël. Même si vous voyez une personne totalement méchante, vous devez savoir que ce n'est que l'écorce qui l'entoure que vous voyez. Le Ari Z''L dit que les nombreuses écorces qui s'accumulent autour des méchants ne sont que le reflet de la grande lumière qui est cachée en eux. Même les plus effrontés sont des personnes seulement recouvertes d'un millimètre d'écorce, juste un millimètre. Et un millimètre peut être traversé en une seconde. Et alors leur lumière intérieure se révèle. Ils ont une très grande lumière à l'intérieur. C'est pourquoi les écorces sont attirées par eux. Et elles luttent avec acharnement pour cacher leur grande lumière. Mais au moment où nous sommes en mesure de les ramener à la Techouva, un rayon de lumière brille, il éclaire le monde entier. Et alors tout Israël fera de retour à la Techouva.


   Une personne est obligée de ramener les gens à la Techouva, comme Yehuda a crié : « Comment puis-je revenir vers mon père, si le jeune homme n'est pas avec moi ! » (Berechit 44:34). Comment puis-je retourner vers mon père ? Comment puis-je monter au ciel et la jeunesse n'est pas avec moi ? Qui est ce jeune homme ? C'est tout le Peuple d'Israël. C'est l'ensemble des malheureux jeunes gens qui sont perdus et loin de Hachem. Comment allons-nous oser aller au ciel et admettre que nous n'avons pas au moins essayé de les ramener à la Techouva ?



 

           Retourner à la page Paracha

     

  Copyright © 2013  Breslov Institutions, Yeshivat "Shuvu Bonim",
All Rights Reserved.


 
Home Lessons given by the Rav HaRav Levi Itzchak Bender, zt"l